Infos santé - L'importance d'une huile de qualité  

   


   
Recherche rapide

L'importance d'une huile de qualité

Les huiles de qualité : il en faut pour être en bonne santé

Les matières grasses fournissent beaucoup plus de calories que les protéines et les glucides jouent un rôle essentiel dans l’équilibre des fonctions de l’organisme.

 

Les lipides permettent de constituer des réserves énergétiques indispensables, elles participent à la fabrication des hormones, à l’assimilation et au stockage de certaines vitamines, à la construction des membranes cellulaires.
Les lipides sont formés d’acides gras : il y a les acides gras « saturés » et ceux que l’on appelle « insaturés ».
Chaque huile renferme une combinaison de plusieurs acides gras dans des proportions qui lui sont propres.
L’idéal serait de limiter notre consommation en acides gras saturés. Ces derniers se trouvent principalement dans les graisses animales (viandes grasses, charcuterie, fromages, produits laitiers…) mais aussi dans les graisses végétales (margarine) traitées de façon industrielle (chauffées, raffinées, ou hydrogénées).

Les huiles vierges de première pression à froid sont naturelles et saines.

Elles sont indispensables au bon fonctionnement de notre organisme.

Les acides gras saturés

Il jouent un rôle énergétique dans l’organisme mais en excès, le corps a du mal à gérer ces corps gras qui vont s’accumuler dans les réserves graisseuses ou recouvrir les parois des vaisseaux sanguins… Notre vie plutôt sédentaire, ne nous permet pas aujourd’hui de les éliminer facilement.
C’est la famille des acides gras insaturés qu’il faut privilégier : les mono-insaturés et les poly-insaturés.
Ces substances vitales sont facilement métabolisées par l’organisme et les sources sont surtout d’origine végétale.
Ces acides gras insaturés participent à la construction cellulaire (notamment pour les cellules du système nerveux, système cardiovasculaire et membrane cellulaire), au métabolisme des hormones, à la coagulation sanguine.
Deux acides gras poly-insaturés sont dits « essentiels » ou « indispensables », c'est-à-dire que notre corps est incapable de les fabriquer.

 

Ils sont dits « précieux » et on les trouve exclusivement dans l’alimentation. Il s’agit de l’acide linoléique (oméga 6) et de l’acides alpha-linolénique (oméga 3).
L’acide alpha linolénique est le précurseur, on l’appelle aussi chef de file, de la chaîne oméga 3 et l’acide linoléique celui de la chaîne oméga 6.




L’équilibre entre oméga 6 et oméga 3 est primordial pour un bon fonctionnement de l’organisme, l’apport de ces deux familles d’acides gras essentiels doit être suffisant et en quantité bien définie. L’équilibre idéal oméga 6/oméga 3 est fixé à 5 par les nutritionnistes.
Ainsi, un régime idéal contient 5 fois plus d’oméga 6 que d’oméga 3. Tandis que la moyenne pour une alimentation traditionnelle en France semble être de 20 fois plus d’oméga 6 que d’oméga 3.
Si on considère ainsi qu’il existe un rapport optimum entre les oméga 3 et les oméga 6, c’est parce que ces derniers (acide linoléique) semblent (en excès) ne pas avoir que des bienfaits : ils diminueraient le « mauvais » cholestérol, mais aussi le « bon »…

Mais quelles huiles ?

Les huiles de noix, de colza, de soja sont sources d’oméga 3. Tandis que les huiles de tournesol, de sésame, de carthame sont riches en oméga 6.

Leur action conjuguée est équilibrante du système hormonal, protectrice dans les phénomènes inflammatoires ou allergiques et fluidifiante au niveau circulatoire. Ils agissent aussi dans l’hydratation et la souplesse de la peau. Les oméga3 préviennent les accidents cardiovasculaires. Les oméga6 semblent améliorer l’absorption du calcium et diminuer son excrétion.
Dans toutes les substances grasses, il y a des acides gras insaturés, en plus ou moins grande proportion. En théorie, on considère que la ration moyenne par jour devrait apporter :
50% d’acides gras mono insaturés
25% d’acides gras poly insaturés
25% d’acides gras saturés.
En pratique, ce rapport est difficile à retrouver. Et bien souvent l’alimentation est trop riche en acides gras saturés.

Rôle et source des acides gras mono insaturés

Ils agissent comme protecteur des maladies cardio-vasculaires et améliorent le rapport cholestérol total avec le bon cholestérol. Les plus connus sont ceux qui font partie de la famille des oméga9.
On les trouve dans l'huile d'olive, de noisette, d'arachide, de colza, mais aussi dans certaines graisses comme celles des volailles.

Rôle et source des acides gras poly insaturés

Notre organisme est prévu pour les fabriquer mais les deux essentiels, ne peuvent être synthétisés s'ils ne sont apportés par l'alimentation. Il s'agit de l'acide linoléique (famille des oméga6) et l'acide alpha linolénique (famille des oméga3). Ce sont des matériaux indispensables à la construction de nos cellules.
On les trouve dans toutes les huiles végétales, tournesol, sésame, soja, carthame...mais aussi dans l'huile de bourrache, de chanvre, d'onagre...et également dans le beurre, les oeufs, les charcuteries, le fromage...Il faut trouver le juste équilibre et n'abuser de rien.

Rôle et source des acides gras saturés

Ils ne sont pas d'un grand intérêt, sauf pour servir de combustible et fournir de l'énergie en particulier pour période de grand froid ou d'effort physique intense. S'ils ne sont pas brûlés rapidement, ils risquent de devenir gênants pour notre santé.
On les trouve dans les graisses solides (palme, coprah...), dans les margarines de mauvaise qualité ou dans les graisses animales (charcuterie, beurre, crème...).

Le cholestérol d’origine alimentaire

Les seules sources alimentaires de cholestérol sont les produits animaux : viande et produits d’origine animales (crème fraîche, beurre, œufs…). Les huiles végétales en sont dépourvues.
Oléagineux et graines contiennent des graisses mais n’apportent aucun cholestérol.

Autant il est favorable de consommer des graines de tournesol crues qui ont été préalablement trempées dans un peu d’eau (pour réveiller les enzymes) parce que l’enzyme digestive des graisses va contribuer à leur bonne digestion, autant à l’inverse, il est difficile au corps d’assimiler les graisses cuites, celles-ci ne contenant plus d’enzymes. Que dire alors des huiles et graisses industrielles surchauffées qui vont ralentir le métabolisme ! C’est de la qualité crue ou cuite des graisses ingérées que dépend l’équilibre adipeux.
Le choix, la qualité et la quantité des huiles est donc primordial pour en retirer un réel bénéfice santé.

 

Quelques petits conseils pour conserver les huiles de façon optimale.

- Veiller à les protéger de la lumière. N'acheter que des huiles embouteillées dans du verre opaque.
- Les conserver au frais, et même pour certaines au réfrigérateur notamment les huiles riches en oméga3.
- Préférer de petits conditionnements afin d'éviter qu'il n'y ait trop d'air dans la bouteille. L'air oxyde rapidement les acides gras et l'huile rancit beaucoup plus vite.

 

En savoir plus, venez partager votre avis sur le forum de discussions

 

 

 

 

 

Ecole de cuisine Végétarienne Cuisine sans gluten et sans caséine - Cuisiner Autrement
Accueil | Plan du site | Flux RSS | FAQ | Catalogue PDF | Newsletter
Mentions légales | Confidentialité & Sécurité | CGV | Expédition & retours | Contactez-nous 

© Cuisiner Autrement -  Création My-Eboutique