Infos santé - L'alimentation ou la 3ème médecine (2)  

   


   
Recherche rapide

L'alimentation ou la 3ème médecine (2)

Impact de la 3ème médecine

Sur quelles pathologies ?

Le Dr Seignalet classait les nombreuses pathologies auxquelles la médecine « moderne » ou les méthodes alternatives ne trouvent pas de solutions, selon 3 mécanismes différents :
- les pathologies auto immunes*
- les pathologies d’encrassage
- les pathologies d’élimination

dans les maladies auto immunes l’organisme détruit ses propres cellules

Souvent, il s’agit de maladies graves pour lesquelles la médecine n’a rien à proposer si ce n’est un soulagement passager. Le changement de régime alimentaire peut guérir des affections graves, et le Dr Seignalet l’a largement prouvé.


Voici quelque exemples de maladies et des résultats obtenus par ce régime sur certaines pathologies.

La polyarthrite rhumatoïde
297 personnes ont suivi durant un an au moins le régime hypotoxique :
- pour 131 personnes, on peut parler de rémission complète
- pour 104 personnes, l’amélioration est forte, autour de 90%
Soit, au total, près de 80% de résultats positifs ou carrément « miraculeux »

La spondylarthrite ankylosante
Sur 122 malades, 116 ont répondu favorablement au régime, soit 95,1%.
76 personnes ont arrêté toute prise médicamenteuse, 40 estiment leur amélioration supérieure à 90% et ne prennent que de très faibles doses d’anti inflammatoires.

Le rhumatisme psoriasique
Sur 39 cas, 25 succès, (64,1%), 11 améliorations, 3 échecs.

La pseudopolyarthrite rhizomélique
Sur 17 cas, 16 succès contre un échec

Les arthrites chroniques juvéniles
Maladie de Still : sur 5 cas adultes, 4 succès et un échec. Sur 3 cas d’enfants, une guérison, une amélioration à 70% et un échec.

Le syndrome de Gougerot-Sjögren
Sur 86 cas : 26 succès francs, 48 succès partiels (amélioration de 30 à 70%), 12 échecs

Le lupus érythémateux disséminé
Sur 20 patients, 16 succès nets, 4 améliorations notables

La sclérodermie
14 cas : nette amélioration dans tous les cas, mais les altérations vasculaires sont définitives, d’où l’importance de commencer le régime au plus tôt.

La maladie de Basedow
8 malades : rémission assez rapide, impact très bénéfique sur les manifestations oculaires.

La sclérose en plaques
Sur 46 patients qui suivent le régime depuis 2 ans au moins, les effets sont très bénéfiques : 13 rémissions complètes, 20 améliorations nettes, 8 stabilisations, 4 freinages de l’évolution dans des formes lentes progressives, 1 échec.

L’hépatite auto immune
Sur 7 patientes, le Dr Seignalet n’a obtenu que des résultats excellents et 4 de ces personnes ont supprimé totalement les médicaments et sont restées en excellente forme.

La cirrhose biliaire primitive
Sur 6 patients, le régime a rapidement et totalement fait régresser toutes les manifestations cliniques.

La scholangite sclérosante primitive
Le Dr Seignalet à observé les effets de son régimes dans deux cas avec des résultats exceptionnellement bons et rapides (quelques semaines ont suffi pour faire disparaître tous les signes de la maladie)

L’uvéite antérieure aiguë
Sur 14 cas, 12 réussites et 2 échecs

Les neuropathies périphériques idiopathiques
7 réussites pour 9 cas

La néphropathie à IgA ou maladie de Berger
Appliquée sur 8 patients, la diététique préconisée par le Dr Seignalet a réussi à arrêter l’évolution de la maladie dans 7 cas.

La maladie de la Peyronie
5 hommes atteints de la maladie ont testé avec succès le régime du Dr Seignalet.

La fibromyalgie
72 femmes et 8 hommes ont suivi le régime hypotoxique. 58 d’entre ces patients ont obtenu un succès franc avec disparition de tous les signes de la maladie, 10 ont obtenu une amélioration évaluée à 75%, 4 un mieux évalué à 50%, 8 échecs ont été comptabilisés.
On peut dire que le régime est efficace dans 90% des cas.

L’arthrose
118 patients porteurs d’une arthrose nette touchant plusieurs articulations (mais pas une forme trop avancée nécessitant déjà une prothèse) ont essayé le régime ancestral : 99 d’entre eux ont obtenu des régimes spectaculaires ! une amélioration modérée a été constatée dans 12 cas et 7 peuvent être considérés comme des échecs.

L’ostéoporose
Cette dégénérescence osseuse bénéficie du régime dans 70% des cas avec une évolution bloquée, parfois même inversée.

La goutte
Sur 6 patients, tous ont obtenu une amélioration en quelques semaines ou quelques mois.

La migraine
Sur 57 migraines, 49 ont vu disparaître totalement leurs maux de tête, 4 les ont trouvés moins douloureux et plus rares, 4 autres n’ont pas vu d’amélioration. On peut estimer que le régime est efficace dans 93% des cas. Mêmes résultats obtenus sur les céphalées de tension.

Les maladies dites « psychiatriques »
Autisme, schizophrénie, dépression nerveuse endogène ont tout à gagner du régime hypotoxique et les recherches devraient vite faire évoluer les idées « reçues » au sujet de ces maladies qui réagissent de manière tellement spectaculaire au changement de régime alimentaire.

Les maladies dégénératives
En prévention de la maladie d’Alzheimer mais aussi pour améliorer la santé des malades atteints de Parkinson, le régime ancestral trouve tout son intérêt.

Le diabète sucré de type II
Sur 25 patients, 20 ont obtenu une rémission complète et 5 ont été nettement améliorés.

L’hypoglycémie
Sur 16 patients, le Dr Seignalet a obtenu 13 succès complets, 1 amélioration et 2 échecs.

L’hypercholestérolémie
Le régime fait baisser le taux global de cholestérol de 35% en moyenne.

La spasmophilie
Cette maladie résiste rarement au changement de régime. Sur 52 patients, on compte 46 rémissions complètes, 3 améliorations et seulement 3 échecs.

La colopathie fonctionnelle
Sur 237 malades, 233 ont obtenu une rémission complète avec le régime dès le premier mois après, parfois, des diarrhées intermittentes.

La maladie de Crohn
Sur 72 patients suivant le régime hypotoxique, le bilan du Dr Seignalet est de 62 succès francs avec rémission complète ou quasi complète, 9 résultats plus nuancés et un seul échec.

La gastrite
Sur 19 malades, 18 ont été guéris, 1 a été amélioré.

L’acné
Sur 42 patients, pour 40 d’entre eux, les lésions inflammatoires ont totalement régressé, chez les 2 autres, elles ont nettement diminué. En revanche le régime ne fait pas disparaître les cicatrices, d’où l’intérêt de changer sans attendre d’habitudes alimentaires.

La dermite atopique (eczéma constitutionnel)
Sur 43 cas, de Dr Seignalet a obtenu 36 succès complets, 4 améliorations nettes et 3 échecs.

L’urticaire
Là aussi, le régime ancestral donne d’excellents résultats : sur 34 patients, rémission complète pour 29 et nette amélioration pour les 5 autres.

Le psoriasis
Lorsque seule la peau est atteinte, le changement nutritionnel s’avère très souvent efficace (3 échecs seulement sur 35 malades). En revanche, lorsque les lésions cutanées sont associées à un rhumatisme, les résultats sont inconstants : sur 37 malades, 21 ont guéri complètement, 3 n’ont plus eu de dermatose (mais encore un rhumatisme) et 13 n’ont plus eu de rhumatisme mais encore de la dermatose.

La bronchite chronique
42 malades ont testé le régime : 39 en ont été totalement guéris et 3 nettement améliorés. Mais attention : il ne faut pas attendre l’emphysème ou la dilatation des bronches : le régime ne peut rien contre les complications de la bronchite chronique.

L’asthme
85 malades ont suivi le régime ancestral : 80 ont été en rémission complète dès les premières semaines ou mois de modification du comportement alimentaire, 3 ont été nettement améliorés.


LE REGIME DU DOCTEUR SEIGNALET fait maigrir 4 personnes sur 5.


Le régime peut donner également de bons résultats sur la dermatite herpétiforme, la maladie coeliaque, le syndrome de Guillaint-Barré, la granulomatose de Wegener, la périartérite noueuse, la maladie de Horton, la maladie d’Adisson auto immune, certaines tendinites, la chondrocalcinose articulaire, la sclérose latérale amyotrophique, l’athérosclérose, le glaucome, la cataracte, les caries dentaires…
C’est également l’idéal pour les enfants qui souffrent d’infections à répétitions (otites, rhumes…) contre la sinusite chronique, le rhume des foins, les aphtes (et la maladie de Behçet) et le SAPHO.

En revanche le Dr Seignalet n’a pas obtenu les résultats escomptés sur la thyroïdite de Hashimoto, le purpura thrombocytopénique idiopathique, la myasthénie, le diabète sucré de type I, la maladie de Churg et de Strauss, la rectocolite ulcéro-hémorragique, la leucémie lymphoïde chronique, la sarcoïdose (mais il propose une explication), l’eczéma de contact, le syndrome de fatigue chronique et le vitiligo.

Et le cancer ?

Le Dr Seignalet a étudié les effets de son régime ancestral sur 1200 personnes (qui ont suivi ses conseils pendant 5 ans et demi en moyenne) avec des résultats incontestables.

Seulement 3 personnes ont développé un cancer :
- une femme opérée deux ans auparavant d’un cancer du sein qui a eu des métastases osseuses
- une femme en rémission complète de sclérose en plaques qui a développé un cancer du sein
- Une femme atteinte d’un cancer de l’estomac

« La diététique n’est donc pas une assurance à 100% contre le cancer » explique le Dr Seignalet. Mais d’après les statistiques officielles, parmi les 1200 patients volontaires pour son étude, 30 « auraient dû » développer un cancer. Seulement 3 ont été atteints de la maladie. C’est donc un succès incontestable côté prévention.

Un régime « intelligent »

Si vous avez le courage de lire l’ouvrage du Dr Seignalet (car il s’agit d’un « pavé » de plus de 600 pages) vous serez sans aucun doute convaincu que chacun d’entre nous aurait tout intérêt à retrouver un régime de type originel. Il n’est pas toujours évident de le mettre en pratique, car il faut « oublier » le blé, les produits laitiers, et nombre d’aliments dont la publicité nous vante les mérites à longueur de journée…Mais quand on supporte une maladie grave ou handicapante, le jeu en vaut largement la chandelle !!!

Le régime du Dr Seignalet appelé aussi « régime ancestral », «régime hypotoxique » ou « régime de type originel »…

Il s’agit d’exclure tous les aliments « dangereux » introduits depuis le début de la civilisation.

1 - exclusion des laits animaux de toutes origines et de leurs dérivés (la suppression des produits laitiers n’entraîne pas de carence en calcium contrairement à « la légende »)
2 - exclusion des céréales mutées, essentiellement blé et maïs, alors que le riz reste autorisé. Pas de blé, pas de kamut, d’orge, de seigle, d’avoine, d’épeautre cuit, de maïs. On peut manger du sarrasin, du riz, du sésame. Amidon de maïs et sirop de blé ne sont pas interdits (car le danger vient des protéines)
3 - exclusion des produits cuits à température trop élevée, c'est-à-dire au dessus de 110°C. Eviter les œufs cuits (mais les gober crus). Les charcuteries crues sont autorisées (jambon cru, chorizo, saucisson, salami…) mais pas les cuites : jambon cuit, andouillettes, rillettes…Le poisson mariné dans du jus de citron et l’huile d’olive plutôt que cuit (ou alors à la vapeur douce) à la faveur du Dr Seignalet.
4 - Exclusion des huiles raffinées, remplacées par des huiles vierges consommées crues.
5 - Limitation des produits pollués, autant que faire se peut, ce qui a pour corollaire une préférence pour les aliments biologiques.

Les surgelés sont autorisés, mais il faut éliminer les conserves et consommer avec modération les aliments fumés.
Le Dr Seignalet conseille de boire de la chicorée, de l’eau, pas de sodas, pas de bière, du café, du thé et du vin en quantité raisonnable.
Il faut limiter le sel, supprimer le tabac, faire un maximum d’exercice physique, éviter de se laisser gagner par le stress, prendre des ferments lactiques, se supplémenter en vitamines et minéraux.
Il faut également faire preuve de frugalité.

En cas de succès, le régime doit être suivi à vie.

Sophie Lacoste
Article paru dans Belle santé

 

Ecole de cuisine Végétarienne Cuisine sans gluten et sans caséine - Cuisiner Autrement
Accueil | Plan du site | Flux RSS | FAQ | Catalogue PDF | Newsletter
Mentions légales | Confidentialité & Sécurité | CGV | Expédition & retours | Contactez-nous 

© Cuisiner Autrement -  Création My-Eboutique