Infos santé - Conseils si bébé n'est pas nourri au sein  

   


   
Recherche rapide

Conseils si bébé n'est pas nourri au sein

Mesures à prendre avec le lait de vache

 

Le lait de vache contient 2 ou 3 fois plus de protéines que le lait maternel. Bébé ne peut pas les utiliser. Il doit éliminer.

 

 

Chez un enfant nourri au lait de vache, le taux d’urée sanguine est 2 à 3 fois supérieur à celui du nourrisson au sein. Ce qui entraîne une fatigue rénale.

La caséine (protéine) que contient le lait de vache demande beaucoup d’eau pour être digérée : ce qui provoque souvent une constipation chez l’enfant nourri au lait de vache.
Le foie et le rein d’un bébé nourri au lait de vache sont trois fois plus importants que ceux d’un enfant nourri par sa mère (Jeannette Dextreit).
Il contient 30% de moins de lactose (sucre de lait), il est plus riche en minéraux.


Le lait maternel étant l’aliment idéal du nouveau né, donc la référence, il est indispensable de modifier le lait de vache pour éviter les surcharges et combler les carences.

Nous allons vous présenter deux méthodes de préparation d’un biberon :

  • Ils doivent être stérilisés et donnés à bonne température (essai sur la main en versant quelques gouttes de lait)
  • Les quantités journalières peuvent varier d’un enfant à l’autre, mais ne doivent pas dépasser 1/7 à 1/6 du poids de l’enfant ce qui explique les différentes quantités journalières qui seront présentées ci-dessous. 
  • A vous de peser votre enfant et de calculer la ration quotidienne de lait à lui proposer.
  • Pour prévenir tout risque bactérien, il est nécessaire de chauffer le lait cru quelques minutes à 80°C (température atteinte quand la préparation se met à chanter) puis le refroidir dans un récipient d’eau froide.

Préparation d’un biberon jusqu’à l’âge de 3 mois.

Quantités journalières pour 600 ml (6 à 4 biberons quotidiens)
Une cuillère à café rase de purée d’amandes blanches contient : 8 gr et une cuillère à soupe de purée d’amandes entières contient : 20 g

  • Lait de vache : 200 ml
  • Eau : 400 ml
  • Purée d’amande : 24 g
  • Lactose : 36 g

Quantités journalières pour 750 ml (5 à 4 biberons quotidiens)

  • Lait de vache : 250 ml
  • Eau : 500 ml
  • Purée d’amande : 30 g
  • Lactose : 45 g

Quantités journalières pour 900 ml (5 à 4 biberons quotidiens)

  • Lait de vache : 300 ml
  • Eau : 600 ml
  • Purée d’amande : 36 g
  • Lactose : 54 g

Tableau extrait de « l’enfant, son développement, ses maladies. »

Mélanger l’eau et le lait. Porter à ébullition le mélange. Ajouter la purée d’amandes et le lactose préalablement dilué dans un peu d’eau chaude. Filtrer la préparation.
Préparés à l’avance, les biberons doivent être refroidis dans un récipient d’eau froide, puis conservés au réfrigérateur, pendant 24 heures maximum.
Méthode des docteurs Glöckler et Goebel

Cette recette pourra être employée en complément de l’allaitement maternel. Il est conseillé également de rajouter de la vitamine C, donc des jus de fruits, à partir de la 6ème semaine, en dehors des repas.

Le lait de vache est plus long à digérer que le lait maternel. Il est donc recommandé d’espacer les biberons toutes les quatre heures.
Les molécules des protéines du lait sont grosses et entraînent donc une digestion plus lente, ainsi qu’une plus grande sécrétion d’acide chlorhydrique. Inutile de donner un repas à votre enfant, alors que la digestion du précédent n’est pas encore terminée, pour éviter une dilatation stomacale et une habitude de se remplir l’estomac par gourmandise.
Ce qui le conduira à grignoter en permanence.

Le lait maternisé

Pour certains pédiatres, le seul lait à utiliser en cas d’impossibilité d’allaitement est le lait maternisé, pendant les trois premiers mois, remplacé ensuite par le lait de vache.
Le lait maternisé est un lait de vache « humanisé ». Ce type de lait est fabriqué pour ressembler au lait maternel, mais présente beaucoup de différences. Les vitamines sont synthétiques. Les corps gras sont représentés par des huiles qui n’ont plus leur activité biologique, car elles sont raffinées.

Ne pas confondre le lait maternisé et le lait en poudre.

Ce dernier est un produit de l’industrie chimique dont on ne connaît ni l’origine, ni la quantité des aliments qui le composent.
L’eau à utiliser pour la préparation d’un biberon doit être une eau minérale faiblement minéralisée (MontCalm, Fontaine de la Reine, Volvic)

Pourquoi un lait maternisé biologique ?

L’organisme de bébé est très fragile et sensible aux pollutions, aux pesticides. Les nitrates sont dangereux pour les jeunes enfants. C’est pourquoi nous insistons sur une orientation biologique dans le choix des aliments pour les tout petits et les autres. Le lait maternisé biologique sans additifs, sans conservateurs, sans colorants, ni sucre. Il participe dès les premiers mois à l’éducation essentielle de l’enfant, grâce à une alimentation saine et naturelle.

Quelle quantité de lait ?

C’est le pédiatre qui vous indiquera les quantités qu’il faut donner à votre enfant, le plus souvent en l’inscrivant sur le carnet de santé.

Vous trouverez sur les boites de lait les proportions à respecter pour la préparation de vos biberons.
Généralement on donne 6 biberons par 24 heures, en se réglant sur la demande de l’enfant, sans l’obliger « à finir ».
Son appétit n’est pas obligatoirement le même tous les jours. Ce qu’il faut, c’est peser régulièrement bébé pour contrôler son poids.
Le passage à 5 biberons se fait dès qu’il ne réclame plus la nuit, élément très variable en fonction des enfants.

Quant au passage à 4 biberons ou repas, il se fait vers le sixième mois.


Source : Néfaste food - Martine Catani et Carmen Meynier

 

D'autres infos utiles

 

Nourrir bébé et maman est une phase de la vie complexe, délicate et pleine de surprises par manque de connaissances.
L’alternative bio végétale est une solution de notre temps pour pallier et éviter les intolérances alimentaires de la petite enfance.

Ludmilla de Bardo, nutritionniste, travaille activement à l’élaboration d’aliments d’origine végétale à consommer crus et vivants dès le premier âge si nécessaire. Quatre axes de recherches ont été développés : le diastasé, le sans lactose, le sans gluten, le sans addition de sucre.
Neuf années d’expérimentations et d’observations offrent un recul suffisant pour poser les bases d’une alimentation bio végétale de la petite enfance.
Objectifs recherchés : une alimentation biologique, végétale, gustative, vivante, crue, instantanée pour bébé, prête à la consommation.

Axes alimentaires de la maman en phase d’allaitement.

Notre préférence va de toute évidence vers l’allaitement maternel qui est irremplaçable. Le lait maternel correspond aux besoins spécifiques de chaque nourrisson. On sait qu’il construit de meilleures défenses immunitaires, participe activement au développement intellectuel et prévient des allergies alimentaires. Le lait est un liquide physiologique composé de 50 composants physico chimiques en modifications constantes. Il est lié aux choix alimentaires et à la vie émotionnelle et psychique de la maman.

Un sage canevas alimentaire

Manger vivant, cru, vapeur, diastasé avec une dominante bio végétale et des apports en acides gras. Oublier les fritures et graisses saturées. Introduire les laits végétaux, les céréales diastasées, les graines germées, les acides gras polyinsaturés.
De tout premier ordre : éviter les produits laitiers d’origine animale pour se préserver de transcription de l’histoire des vaches dans le lait maternel. Protéger maman et bébé de l’absorption de toxines comme la dioxine et de protéines étrangères telles la caséine du lait de vache, particulièrement agressives pour les systèmes digestifs et intestinal du genre humain. Ces attitudes alimentaires justes facilitent les aléas et les contraintes de la maman. On peut espérer ainsi assurer avec aisance un allaitement modulable d’une durée d’environ un an.

Bébé construit au cours des 120 premiers jours de sa vie ses enzymes digestives avec une alimentation lactée maternelle ou végétale non diversifiée. Il constitue sa barrière intestinale anti-allergique dont l’efficacité est opérante au-delà de 100 jours.

Les recherches actives pour améliorer les laits maternisés d’origine animale restent vaines, pour 20% des nourrissons. A ce jour, on sait extraire la bétaglobuline faiblement dosée à 1.5% de l’ensemble des protéines qui va être le lit de réactions immunitaires dont le diabète.
Ces laits de substitution causent des allergies, colites, constipation par les nutriments allergisants qu’ils contiennent. Ils sont responsables des diarrhées, de l’eczéma, de l’asthme, des troubles ORL, du sommeil et de l’irritabilité de bébé.

Le lait maternel n’est pas synthétisable

Le sucre du lait de vache (lactose) demande des enzymes souvent absentes chez le bébé pour être transformé en sucres simples. Il engendre vomissements, anémies, perte de poids et diarrhée massive.
Le lait de vache est naturellement très riche en acides gras saturés indigestes et sans intérêt.
Le lait maternel est lui, exceptionnellement riche en acides gras essentiels OMEGA 3 et OMEGA 6 (GLA). Ces acides gras polyinsaturés participent au développement cérébral. Celui-ci double dans la première année de la vie. Le nourrisson est dépourvu des enzymes élongases et désaturases capables d’allonger les chaînes carbonées pour transformer les acides gras du lait de vache en acides gras polyinsaturés, les bons lipides, indispensables au développement du nourrisson.

Il est judicieux de supplémenter l’alimentation de maman et bébé en acides polyinsaturés sous forme d’huile d’onagre, de bourrache, d’huile de foie de morue et de consommer des vitamines A, C, B6, B9, B12, du zinc que l’on trouve de manière privilégiée dans les graines germées et la spiruline.

Le moment est venu de trouver des aliments de substitution pour pallier à l’absence ou l’insuffisance d’allaitement maternel.
Sont nés pour nourrissons et bébés VEGEMILK et BABYMILK, 2 gammes d’aliments bio végétaux capables de contourner les impasses nutritionnelles provoquées par les laits d’origine animale.

Leurs atouts et originalité en bio végétal

Avec : les bonnes protéines végétales assimilables, la libération d’acides aminés au cours de la germination, les bons sucres simples, le maltose, les fibres, etc…Le bon équilibre phophocalcique Ca/P et la biodisponibilité du calcium assimilable.
Une haute digestibilité et une excellente assimilation des nutriments.
Sans : lactose, cholestérol, gluten, sans addition de sucre ni de sel.

Des laits végétaux dès la naissance :

En absence de lait maternel, il est conseillé de faire découvrir à bébé comme premiers laits, les laits végétaux sont les caractéristiques sont d’être proches du lait maternel. L’introduction des laits végétaux facilite la phase de sevrage.

L’éveil gustatif aux divers laits végétaux offre une carte de garantie en cas d’intolérance aux laits d’origine animale. Leur saveur est franche, délicate.
On y découvre le goût des amandes, noisettes, châtaignes. Le palais de bébé s’éduque. Le nourrisson sait établir ses préférences en bio végétal.

La gamme des laits végétaux nature ou enrichis se diversifie. VEGEMILK est une nouvelle génération de boisson végétale plus particulièrement destinée aux nourrissons et bébés par sa richesse en acides gras insaturés, en minéraux et vitamines A et E sauvegardées. Le nourrisson bénéficie des propriétés nutritionnelles spécifiques de chacun.

La courbe de croissance témoigne du bon équilibre alimentaire à condition d’observer les réponses des petits. L’alimentation bio végétale se compose de laits végétaux, céréales germées moulues, des purées d’amandes, d’huiles riches en acides gras essentiels et des purées de légumes maison, de jus de légumes et pulpes de fruits, par extraction si possible maison.

Comment préparer un biberon bio végétal en cas de non allaitement maternel ?

Dès la naissance, commencer par le lait de châtaignes ou d’amandes enrichi au calcaire d’algues. Préférer les biberons de 60 à 90 g d’eau minérale pour démarrer avec une cuillère mesure (4 g) ou à café de VEGEMILK châtaigne ou amandes pour 30 g d’eau. Mettre l’eau tiède dans le biberon et ajouter la cuillère de poudre, puis agiter.

Se boit en 15 à 20 minutes, biberon bien vissé, éviter l’eau chaude qui sidère l’instantané et crée des granulations.

Pour compenser le lait maternel

Composer le biberon 1 fois par jour de la façon suivante.

- 100ml d'eau filtrée
- 3 cuillères à café bombées de VEGEMILK
* AMANDE AVANT 18 MOIS
*CHATAIGNE
- 1 Cuillère à café rase de Spiruline poudre
- 1/2 cuillère à café de lithotamme
- 2 micro pression d'huile de foie de morue
- 2 micro pression d'huile d'onagre
( huiles vendues avec procédé de micro pression, très pratique dans ce cas)

*après 18 mois VEGEMILK noisette éventuellement
* VEGEMILK Soja pas avant 8 ans


LE SOIR

Pour assurer un bon sommeil du bébé ajouter au biberon

- 1 cuillère à café de purée d'amande spèciale Bébé
- apporter une complémentation en PRE ET PROBIOTIQUES, pour les enfants nés avec une césarienne une cuillère à café dans 1 des biberons de la journée

Ce type d'alimentation peut être donné jusqu'à la première dent du bébé signe que celui-ci peut maintenant aborder une diversification de nutrition ex : purée de carotte

* changer tous les 10 jours d'aliment, car l'organisme du bébé met ce temps là pour fabriquer les enzymes nécéssaires à l'assimilation d'un nouvel aliment.
C'est pendant cette période de diversification que se construit le système digestif et particulièrement la FLORE ENZYMATIQUE qui permettra au bébé d'assimiler 1 diversité alimentaire.


Pour les Mamans 
Penser à prendre de la spiruline et des probiotiques afin de reminéraliser et de restaurer la flore intestinale.

 

 

 

Ecole de cuisine Végétarienne Cuisine sans gluten et sans caséine - Cuisiner Autrement
Accueil | Plan du site | Flux RSS | FAQ | Catalogue PDF | Newsletter
Mentions légales | Confidentialité & Sécurité | CGV | Expédition & retours | Contactez-nous 

© Cuisiner Autrement -  Création My-Eboutique